Home

Soutènement des talus

Les soutènements sont des ouvrages réalisés pour former une dénivelée entre les terres situées à l’amont de l’ouvrage (celles retenues par l’ouvrage) et les terres situées à l’aval de l’ouvrage.
Ils ont généralement une paroi verticale, à l'aplomb ou avec un léger fruit.
On distingue quatre grandes familles de soutènements : les murs, les parois, les remblais renforcés et les ouvrages divers.

Définition du soutènement

Soutènement : procédé par matériels ou matériaux soutenant un amoncellement de terres ou de roches, les retenant ou s'appuyant contre celles-ci.

Fonction d'un soutènement

Un mur de soutènement s'oppose à la poussée des matériaux retenus par celui-ci et protège les ouvrages situés en aval des éboulements éventuels.

Problématique

Comment établir ou renforcer la stabilité des talus après terrassements?

Problématique du mur de soutènement

On désire réaliser une route entre deux blocs d'habitation construits sur un terrain en pente:
A l’état naturel, un talus est généralement stable : en effet, il s’est constitué de manière à ce que les forces auxquelles il est soumis s’équilibrent par la pente naturelle des matériaux qui le composent.
Mais de nombreux facteurs peuvent être à l’origine d’une modification de ces conditions d’équilibre:
Les travaux de terrassements, le phénomène gel-dégel, et surtout l’eau influent sur la stabilité des talus.
L’eau demeure le facteur ayant l’impact le plus important sur les sols : en effet, elle est la principale cause de l’érosion des sols.

Chaque chantier est unique et nécessite une solution adaptée!

Les différents procédés de soutènement

L'enrochement


L'enrochement est constitué de blocs de roche de gros volume, assemblés sans mortier, à joints rompus et posés mécaniquement.

Les palplanches


La palplanche est conçue pour être battue en terre en s’enclenchant par l’intermédiaire de nervures latérales appelées serrures. Le plus souvent en acier, elle forme un élément de caisson (un batardeau), une palée ou un écran imperméable.

Le mur "L"


Le mur "L" est un mur vertical auto stable en béton armé en forme de L ou T inversé qui permet de retenir les terres sur une surface réduite. Il est fondé sur un massif béton.

Les gabions


Un gabion est un casier, le plus souvent constitué de mailles de fer et rempli de pierres non-gélives, utilisé pour construire des murs de soutènement ou des berges artificielles non étanches.

Les atalus


Blocs en béton creux assemblés par emboîtement, pour talus. Utilisables pour la réalisation de murs en gradins ou de soutènement droits, inclinés ou courbes, ils sont végétalisables.

La terre armée et écailles


La terre armée est une méthode qui consiste à associer des couches de remblais compactés avec des lits d’armatures métalliques ou synthétiques non-corrosive qui sous-tendent des parements.

Parois clouées


La paroi clouée a pour fonction la stabilisation des terres. Elle est constituée par : un renforcement du massif de sol arrière par clouage et d’un parement drainé, rigide ou flexible.

Le voile béton


On appelle voile de béton une paroi verticale en béton armé, coffrée et coulée sur site ou préfabriquée puis clavetée en place.

Maçonneries de blocs


La maçonnerie de blocs consiste en l'élévation d'un mur par assemblage de petits éléments manuportables (agglomérés de béton ou pierres) à joints de mortier.

Béton projeté


Le béton projeté, ou gunite, est un béton propulsé, après malaxage, sur un support sous forme de jet. Il permet de réaliser les formes les plus complexes.

Parois berlinoises


La paroi berlinoise est un procédé de soutènement, provisoire ou définitif, formé d'éléments (poutres en H foncées et entretoises bois ou béton) offrant une résistance verticale.

Parois moulées


Une paroi moulée est un mur en béton armé coulé en "harpe" dans le sol. Le principe est de creuser une tranchée, constamment tenue sous pression de boue (bentonite) durant l'excavation, puis de couler du béton après ferraillage.

Revenons à notre problème

Si on veut réaliser une route transversalement à une pente il faut absolument:
- consolider le talus supérieur pour éviter les éboulements sur la chaussée
- consolider le remblai inférieur de manière à maintenir la stabilité de la chaussée
Les travaux doivent prendre en compte:
- la nature des terres et leur coefficient de poussée
- le type de drainage
- la profondeur du sol d'assise
- les coûts
Ces paramètres définiront la méthode à employer pour leur réalisation.

Solution pour un soutènement

Dispositions constructives pour un soutènement

Pas bon!
C'est bon!

Pour toute réalisation d'un soutènement (sauf parois moulée et berlinoises) il faut au préalable:
- assurer une fouille au sol sain et un massif de fondation en béton armé (semelle, puits, pieux, radier...)
- situer un système de drainage au-dessus des fondations de manière à éviter l'affouillement du sol
- positionner des barbacannes pour l'évacuation transversale des eaux d'infiltration
- remblayer par couches de 50cm max
- respecter les granulats prescrits (éviter absolument les terres argileuses!)
- compacter avec des engins légers (un compactage serré n'est pas souhaitable)
- pas de surchage de terres en tête de talus
- attention au positionnement des aciers dans le cas de murs armés

Risques pour la Sécurité

Le travail dans la réalisation de murs de soutènement comporte sensiblement les mêmes risques que le travail en tranchée.
Le risque principal est l'éboulement de terres et il est important de bien respecter les consignes du PPSPS et celles de votre supérieur.
Il est important de rester visible, de ne pas quitter son poste sans avertir, de signaler tout évènement suspect sans oublier de respecter le port de vos EPI!