Home

Chronologie: le projet routier

Généralités

L’ouverture d’un chantier de Travaux Publics est l’aboutissement d’un long processus. Une opération de travaux publics fait en effet intervenir de multiples acteurs et comporte plusieurs phases qui nécessitent en général de longues études et concertations.

Les acteurs du Projet Routier

Que ce soit pour des routes, voies ferrées, canaux ou autres ouvrages remarquables, les différents intervenants sont en général et la plupart du temps: l'État, les Collectivités Locales (Région, département, commune) mais aussi des acteurs privés (promoteurs, entreprises...).
Les grands projets sont souvent réalisés sous forme de Partenariats Public/Privé (PPP) qui sont des contrats visant à assurer un service public et pour lequel une part importante du financement et des risques est partagée entre les partenaires.

L'avant Projet

Avant de lancer un projet de grande envergure il convient de savoir s'il correspond à une véritable demande et c'est le rôle de l'Enquête d'Utilité Publique

L'avant-projet se décline en deux étapes successives :
- l'avant-projet sommaire (APS) donne une idée de la dimension du projet en coût et en proposition technique. L'APS est l'un des éléments constitutifs du dossier de faisabilité
- l'avant-projet définitif (APD)

Après bien des mois et souvent des années, on peut enfin passer à la réalisation
Au cours de cette phase, seule vue par le public, les Entreprises ont la mission d’exécuter les travaux qui peuvent être décomposés par nature en :
- travaux d’infrastructure : en dessous du sol dans les ouvrages de Travaux publics
- travaux de superstructure : au-dessus du sol
- travaux d’équipement : les systèmes d’exploitation, de contrôle et les matériels à intégrer dans les ouvrages.

Les phases préparatoires

Quelques opérations préliminaires sont indispensables avant que la réalisation d’un chantier puisse commencer.
Dans tous les cas, il faut commencer par libérer l’emprise du chantier.

Préparation du chantier

Cette étape commence avec, et parfois précède un peu, l’attribution du contrat
Elle est essentiellement du ressort des Entreprises et comporte :

Les Études de Sol (géotechnique)

Elles sont menées par le, ou les, Maître d’Œuvre sous la supervision du Maître d’Ouvrage.
Tout ouvrage de travaux publics s’appuie sur le sol par l’intermédiaire de ses fondations. Bien souvent, en particulier lorsqu’il s’agit de réaliser un ouvrage linéaire (route, canalisation, voie ferrée, canal), celui-ci suppose aussi la réalisation de déblais et de remblais. Il est donc très important de bien connaître les diverses caractéristiques de ce sol
- pour déterminer la nature et l’importance des fondations à réaliser
- pour assurer la stabilité et la pérennité de l’ouvrage
- pour le choix de la réalisation des terrassements (méthodes, engins…)
Dans tous les cas, la stabilité des sols en place est essentielle : risques de glissements de terrain, sensibilité aux tremblements de terre, possibilité de tassements progressifs sous des charges accrues…l’étude des caractéristiques mécaniques concernera principalement la maniabilité des terres à extraire :
- résistance mécanique déterminant le mode d’extraction
- sensibilité à l’eau conditionnant la réalisation en période humide
- possibilité de réutilisation en remblai, conditionnant les besoins d’apports extérieurs de matériaux et les volumes à mettre en dépôt.
L’étude concerne aussi la présence éventuelle de nappes phréatiques et leurs niveaux. Concernant les ouvrages de génie civil l’étude des caractéristiques mécaniques concernera principalement la capacité portante du sol.

Laboratoires et organismes de contrôle

Les ouvrages devenant plus grands et plus complexes, la règlementation s’alourdit, des organismes d’expertise et de contrôle de plus en plus nombreux sont amenés à intervenir.
Les laboratoires analysent les produits et déterminent leurs caractéristiques : agrégats, aciers, bitumes, ciments, etc.
Les organismes de contrôle vérifient, et certifient, la conformité des calculs et des plans aux exigences réglementaires.

Topographie et implantation

Le positionnement précis des ouvrages dans l’espace doit être déterminé.
Ce positionnement doit être fixé tant en planimétrie qu’en altimétrie.
Pour être possible, ce positionnement doit être rattaché correctement aux autres éléments du terrain. Cela a été le rôle des travaux de géodésie pour mettre en place tout un réseau de points rattachés de façon très précise entre eux, servant de base pour les implantations.
Il convient donc :
- lors des études, de connaître précisément la géométrie du terrain grâce aux documents existants ou, le plus souvent, grâce à des relevés complémentaires, pour pouvoir définir les caractéristiques géométriques de l’ouvrage et les éléments de son implantation
- au début de la réalisation, puis tout au long de celle-ci, de matérialiser sur le terrain les éléments de cette implantation, pour que l’ouvrage soit effectivement placé comme prévu. Cela comporte aussi le guidage des engins pour qu’ils respectent parfaitement le positionnement de chacun des éléments du projet
En outre, lors de la réception des ouvrages et de leur mise en charge, la topographie intervient pour vérifier la conformité des emplacements ou déplacements à ceux qui ont été calculés.

Le démarrage du chantier

Un chantier pour un projet routier débute toujours pas les terrassements et ses diverses phases une fois que l'emprise ait été sécurisée et que des accès aient été créés.

La construction des Ouvrages eux-mêmes, génie civil ou chaussées, peut alors se faire.
S’il s’agit d’un ouvrage linéaire (autoroute, voie ferrée), la réalisation des petits ouvrages (dalots, ponceaux, petits franchissements, murs de soutènement) est confiée à l’entreprise qui réalise les terrassements, car il faut en permanence maintenir la possibilité pour les engins de circuler au long du chantier.
Les grands ouvrages de franchissements sont réalisés à part, souvent par d’autres entreprises.
Une fois la structure des ouvrages achevée, place à la réalisation des Equipements.
Ces éléments diffèrent suivant la destination de l’ouvrage. Il peut s’agir des éléments pour l’exploitation, pour la sécurité, ou pour la maintenance de l’ouvrage lui-même.
Pour les Ouvrages hydrauliques devront être réalisés d’abord les ouvrages temporaires de dérivation du cours d’eau, ainsi que les batardeaux qui mettent le chantier à l’abri des eaux et permettent de travailler à sec.